Cannabis and Creativity at ISmokeFresh.com

Cannabis et créativité

Pendant longtemps, les drogues illégales ont été associées à bien plus que de simples abus. Les entrepreneurs et les gens des industries créatives apprécient certains types de médicaments pour les aider à atteindre leurs objectifs en stimulant l'enthousiasme, la créativité et l'énergie. Voyons pourquoi et comment cela a fonctionné !

Drogues et créativité

Ismokefresh.com Cannabis et créativité

La légalisation du cannabis a lancé le débat sur la consommation de drogues psychotropes. Les substances dites illégales ont toujours été attractives. Cela est dû aux sensations mentales et physiques particulières qu’ils sont capables de provoquer et au frisson de l’interdit. Outre les risques bien connus, certains médicaments ont toujours été associés à la créativité et à des réalisations historiquement importantes.

L'ADN aurait été découvert après que Francis Crick ait subi un trip au LSD. Il a imaginé le concept en étant défoncé, tandis que sa femme a esquissé son brainstorming aboutissant à la représentation visuelle de la double hélice. L’armée allemande a largement utilisé des amphétamines pour suivre le rythme des guerres éclair au cours des premières années de la Seconde Guerre mondiale. Sigmund Freud était fortement sous l’influence de la cocaïne lorsqu’il développa son travail de « psychanalyse ».

L'inventeur de la souris d'ordinateur, Douglas Englebart, a attribué la création de l'invention à ses séances guidées au LSD. Crick n’était pas non plus le seul scientifique à attribuer ses réalisations au LSD. Kary Banks Mullis, lauréat du prix Nobel de chimie, l'a également fait. Le mathématicien Ralph Abraham aussi.

Aldous Huxley est l’un des nombreux écrivains talentueux qui attribuent ses inspirations au LSD. Ironiquement, c’est aussi lui qui a mis en garde contre les risques et les dangers de la dépendance aux drogues. Samuel Taylor Coleridge a utilisé des opioïdes pour ouvrir ses impulsions créatives lors de l'écriture de Kubla Khan.

Toutes ces histoires montrent que les drogues illégales sont, dans certains cas, capables de stimuler la réussite, notamment en matière de courage, de force et de créativité.

Mais comment ces substances provoquent-elles de tels effets ? Et pourquoi les médicaments peuvent-ils être si bénéfiques pour certaines personnes tout en détruisant complètement d’autres ?

Le cerveau drogué

Cerveau drogué

Les scientifiques ont encore du mal à répondre à ces questions. De nombreux paramètres entrent en jeu : histoire personnelle, caractère, humeur, métabolisme, prédisposition à la dépendance et bien d’autres. Sans parler du type de drogue utilisé.

La biochimie de certains médicaments les rend beaucoup plus susceptibles d’être abusés que d’autres. L’héroïne déclenche instantanément un sentiment de bonheur développant une forte dépendance après une seule consommation. Ce qui est plus dangereux, c’est qu’il peut rapidement interrompre les réactions respiratoires.

La cocaïne augmente considérablement l’énergie en déclenchant une poussée de dopamine. Cependant, cela crée une forte dépendance. Car le contraste d’être complètement vidé et démotivé est énorme après l’explosion énergétique.

Le cannabis, comme la science le découvre enfin, provoque non seulement l’euphorie, mais aide également le corps à guérir. Jusqu’à présent, personne n’a prouvé qu’il crée une dépendance et aucune surdose mortelle n’est connue.

Tous les médicaments mentionnés ci-dessus fonctionnent de la même manière. Ils stimulent ou bloquent des réponses biochimiques particulières dans le cerveau. Cela se traduit par un fort impact sur tout le corps.

Cependant, le contrôle des substances illégales a aujourd’hui une longue histoire pour une raison. Ils modifient le fonctionnement du cerveau d'une manière ou d'une autre. Ceci, à son tour, affecte la stimulation ou le blocage de la connectivité au niveau neuronal dans tout le corps. Cela peut permettre à l'utilisateur de se sentir plus « créatif » ou simplement meilleur.

Inventeurs célèbres qui ont consommé des drogues

Médicaments et inventeurs célèbres

La relation entre innovation, créativité et consommation de drogues est bien connue et étayée par de nombreux exemples. C'est un fait que Thomas Edison utilisait des « élixirs de cocaïne ». Autrefois, c'était une boisson populaire à base de cocaïne mélangée à du vin rouge. Paul Erdös, l'un des mathématiciens les plus talentueux, a bien utilisé les amphétamines pendant sa vieillesse. Il a affirmé qu'ils avaient amélioré sa productivité.

Sur le plan purement fictionnel, drogue et performance sont depuis longtemps liées. Sir Arthur Conan Doyle a fait de son célèbre détective Sherlock Holmes un opiomane. Son génie déductif était lié à sa consommation et à son abus de drogues.

Dans le monde réel, la vérité pourrait être encore plus étrange que dans la fiction. De nombreux inventeurs célèbres ont affirmé que l’utilisation de drogues psychotropes avait rendu leur succès possible. Steve Jobs, le créateur de l'iPhone, a déclaré que le LSD était « l'une des deux ou trois choses les plus importantes qu'il ait jamais faites dans sa vie ». Il est même allé trop loin en critiquant Bill Gates pour son manque de créativité dû à l’absence de consommation de drogue.

LSD et ADN

Il existe certaines contradictions concernant la découverte de l'ADN et du LSD. Des rapports sont apparus après la mort de Francis Crick en 2004. L'histoire est qu'il microdosait du LSD alors qu'il travaillait sur la double hélice. D’autres universitaires des années 1950 et 1960 croyaient certainement que le LSD « ouvrait un autre niveau de conscience ».

Timothy Leary est un psychologue américain qui a peut-être été le plus influent dans l'utilisation de drogues en thérapie. Il a été le premier à mener une recherche sur le LSD et les champignons hallucinogènes à Harvard. L'influence de son travail a trouvé un soutien dans le mouvement contre-culturel. Richard Nixon l’a un jour qualifié d’« homme le plus dangereux d’Amérique ».

Cocaïne et psychothérapie

L'usage de drogues en psychothérapie commence avec son fondateur Sigmund Freud. Il s'est éloigné de la promotion publique de la cocaïne au début du 20e siècle mais a continué à en consommer personnellement. Il croyait également que les rêves sont l’accomplissement d’une réalité non remplie. Freud a attribué à la cocaïne le mérite de lui avoir donné le courage de s'engager lui-même dans cette pratique.

Coca-Cola

ISmokeFresh.com Cannabis, Coca et Cola

Les articles de Freud ont eu un impact sur la société bien au-delà du divan du thérapeute. L’un des exemples commerciaux les plus célèbres est Coca Cola. Inventée par un pharmacien d'Atlanta, John Pemberton, la boisson originale contenait de la vraie cocaïne. Finalement, la coca a été exclue de la recette, mais les feuilles de coca naturelles sont toujours utilisées en Amérique du Sud comme stimulant.

Où allons nous maintenant?

Avec l’arrivée du cannabis sur le marché, attendez-vous désormais à beaucoup plus de discussions sur ce sujet. Les drogues sont utilisées pour stimuler ce qu’on appelle également la « créativité ». Cette créativité, à son tour, les aide à voir les problèmes sous différents angles et à trouver des solutions inhabituelles.

Cela se produit parce que les médicaments modifient le fonctionnement du cerveau. Les substances psychoactives modifient la notion du temps. Cela signifie que la chronologie et la notion du temps deviennent floues. La cause et l’effet deviennent également désordonnés. Des résultats logiques jamais vus auparavant peuvent même coexister. De nombreuses personnes prennent également de telles substances pour perdre la conscience de soi qui peut inhiber la parole et les actions.

Biochimiquement, cela signifie que le cerveau active des neurones dans tout le corps, ce qui crée ensuite de telles sensations dans le cerveau. Les médicaments qui libèrent des niveaux élevés de dopamine dans le corps modifient littéralement l’ensemble des produits chimiques qui influencent le cerveau.

Cependant, dans la mesure où les drogues peuvent être utilisées à des fins créatives positives, il existe toujours une frontière. La dépendance, en particulier aux drogues comme la cocaïne et les amphétamines, est également un problème pour de nombreuses célébrités dont les drogues ont contribué au succès.

La réalité est que le succès dans le monde matériel est généralement le résultat de l’entraînement, de la persévérance et de la discipline. Ceux qui consomment des drogues pour améliorer leurs performances ne sont pas des « paresseux ». Ils n’ont pas non plus réussi « simplement grâce » à leur consommation de drogue. Gardez toujours cela à l’esprit et rappelez-vous : mieux vaut prévenir que guérir.

Soyez prudent et fumez de manière responsable !

Retour au blog

Laisser un commentaire